http://www.sudouest.fr/2013/05/28/la-filiere-du-cognac-veut-etre-consultee-sur-l-implantation-d-eoliennes-1067007-882.php

 

Le Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC) et l'organisme de défense et de gestion ont adopté une motion

Les professionnels du cognac ne veulent pas que le paysage soit dénaturé par les éoliennes

Les professionnels du cognac ne veulent pas que le paysage soit dénaturé par les éoliennes (Archives Isabelle Louvier)

Le schéma régional éolien, qui fixe les zones potentielles d'implantation en Poitou-Charentes, suscite l'inquiétude de la filière du cognac. Une majeure partie de l'aire de l'appellation cognac, et notamment le territoire où la présence de vignes dépasse 15%, sont susceptibles d'accueillir des éoliennes.

La préoccupation des professionnels porte sur l'impact esthétique, au milieu d'un paysage qui est aussi un "patrimoine". "On parle d'éoliennes qui peuvent atteindre 150 à 175 mètres. Cela laisse une grosse empreinte dans le paysage viticole, qui fait partie intrinsèque de l'image du cognac que l'on vend à l'export", souligne le président du BNIC, Jean-Marc Morel.

Le BNIC, ainsi que l'organisme de défense et de gestion, qui fixe le cadre de la production du cognac, ont adopté une motion à l'unanimité. Elle exprime leur inquiétude quant à la délimitation fixée par le schéma régional, et demande que les deux organismes professionnels soient "consultés et associés pour tout projet sur la zone". D'autres régions viticoles se sont engagées dans une même démarche, observent les responsables de la viticulture charentaise.