VIE LOCALE. Bilan sécurité, situation de la clinique de Lesparre, les projets photo-voltaïques. Tour d'horizon avec Olivier Delcayrou

Le sous-préfet fait le point sur les dossiers chauds

Olivier Delcayrou, sous-préfet : « La clinique mutualiste de Lesparre a besoin de prescripteurs ». (photo archives Sylvaine Dubost)
Olivier Delcayrou, sous-préfet : « La clinique mutualiste de Lesparre a besoin de prescripteurs ». (photo archives Sylvaine Dubost)

Sécurité et CLSPD

Le représentant de l'État rappelle la baisse de la délinquance générale constatée en 2007 et 2008 sur le Médoc. En 2009, « elle est stabilisée » précise-t-il. Si la délinquance de proximité s'est développée « à Castelnau, Pauillac et Lacanau », il n'y a pas eu « de gros faits sur les communes de Macau, Lesparre et Soulac ». Sur ce volet, il analyse que « ce sont les chiffres ». Et qu'ils traduisent un résultat.

Sur le fond, le représentant de l'État revient sur un message déjà martelé à l'occasion de nombreuses réunions avec les élus et les riverains : « La sécurité, c'est l'affaire de tous ». Il met notamment l'accent sur les outils qui permettent aux élus de travailler sur les situations rencontrées sur leurs communes. « Les problématiques de délinquance sont parfois révélatrices de problèmes sociaux, ce qui nécessite de la prévention. On ne pourra pas me reprocher de ne pas avoir dit qu'il existait des CLSPD. »

Clinique et médiation

« Aujourd'hui, les signaux sont entrain de passer au vert. Après les moments difficiles de 2009, une équipe médicale est stabilisée. Et pas seulement aux urgences. On a aussi des projets d'investissements importants. » Le sous-préfet, comme les représentants de l'Agence régionale d'hospitalisation, fait le constat que la clinique mutualiste de Lesparre « a besoin de prescripteurs ». Il rappelle que l'état « comble tous les ans le déficit de la clinique. » Et qu'il continuera à l'assister « au titre de cette mission de service public hospitalière » rendue par l'établissement.

Afin de rapprocher la médecine de ville et les équipes de la clinique de Lesparre, le sous-préfet propose la mise en place d'un contrat de confiance. Dès le mois de janvier, Oliver Delcayrou envisage d'animer une réunion de travail entre les différents acteurs de la santé en Médoc et la clinique mutualiste. L'occasion de préciser les attentes des uns et des autres. Et d'établir une dynamique d'échange, aussi des « engagements ». Olivier Delcayrou propose de jouer un rôle de médiateur.

Les cas du photovoltaïque

La prospection bat son plein. Les projets de fermes photovoltaïques poussent un peu partout dans le Médoc : Sainte-Hélène, Hourtin, Vendays-Montalivet, Castelnau, Lacanau, Naujac-sur-Mer. Sur le photovoltaïque, le représentant de l'État évoque un dossier « émergent ».

Si un pôle coordination des énergies renouvelables a été mis en place à la préfecture, « il n'y a pas pour le photovoltaïque de logique de développement des projets sur le territoire du Médoc ». Le sous-préfet précise que l'« on va être dans l'obligation de régler au cas par cas les projets d'implantation ».

Toutefois, selon Olivier Delcayrou, trois critères peuvent déjà être pris en compte. La nécessité que le projet se situe à proximité d'un poste source, la perception des conflits d'usage du sol et les garanties données par les promoteurs.